Europe Ministère de la Culture et de la Communication Région Réunion Le Port Consiel général de La Réunion

Ligne de recherche 3 : Image, anthropologie, interculturalité

Si l'anthropos, la « matière humaine », est la matière première de l'art, l'anthropologie, quant à elle, est l'art de voir le monde, que les arts plastiques détiennent peut-être en premier lieu. A l'interface de l'art et de l'anthropologie, les possibilités heuristiques sont donc immenses. En quoi voir est-il savoir et réciproquement ? Cette ligne de recherche constitue un chantier d'action et de réflexion sur les pouvoirs épistémologiques de l'image. Entre autres, la zone Océan Indien, riche de toutes ses cultures, est en cette vertu un vaste réseau où butiner.

Cet axe de recherche, résolument pluri- et interdisciplinaire, vise une conjugaison des trois notions aussi vastes et aux multiples strates de signification que sont l'« image », l'« anthropologie » et l'« interculturalité ». Ce faisant, il ouvre sur une pluralité de questionnements et permettra d'associer diverses affiliations de recherche. En tant que « catégorie mixte et déconcertante, qui se situe à mi-chemin du concret et de l'abstrait, du réel et du pensé, du sensible et de l'intelligible » (Wunenburger), l'image possède une réalité multiforme. En effet, avec d'un côté le tableau « classique » et, de l'autre, les médias visuels contemporains travaillés par le temps réel et l'interactivité, l'éventail est large. De plus, entre le pôle matériel de l'image (picture) et une dimension plus difficile à circonscrire (image), dans la tension féconde entre psychologie et pragmatique, entre approche perceptuelle et plus symbolique, de nombreuses formes coexistent. Sans parler des questions terminologiques, où d'aucuns définissent l'image généralement comme un « message visuel » (Joly) et d'autres développent des typifications nuancées d'un médium donné, « l'image-mouvement » et « l'image-temps » (Deleuze) ainsi que leurs sous-classifications pour circonscrire les variétés des signes cinématographiques servant ici d'exemple parmi d'autres.

Priorité sera donnée à l'étude d'images artistiques artefactuelles et visuelles (dessin, peinture, photographie, vidéo, cinéma, bande dessinée…), leurs modes de production et de réception, leurs inscriptions dans le champ artistique et social, leurs fonctionnements esthétiques, symboliques et idéologiques. Par ailleurs, suivant l'idée que voir rime avec savoir (Didi-Huberman 1990), la considération critique portera également sur nos manières d'appréhender des images avec des procédures de connaissance et des catégories de pensée.

En plus de l'analyse des modalités spécifiques de chaque type d'image, un accent particulier sera mis sur les croisements, échanges et hybridations – dorénavant très répandus – entre ces catégories et genres. Cette juxtaposition des formes artistiques permet ainsi d'interroger une possible variation entre les médiums quant à l'investissement psychologique dans l'image. On pourra aussi se demander si telle forme d'image serait en mesure d'énoncer quelque chose de plus « essentiel » et plus « universel » sur l'art et la condition humaine que telle autre ? Plus généralement, quelles sont les dynamiques à l'œuvre dans l'« entre-images » (Bellour), dans le passage entre photographie et peinture, entre cinéma et bande dessinée, entre film et écriture ? Ces questionnements sur l'intermédialité ouvriront également le débat sur l'intergénéricité, et les multiples liens entre les signes plastiques, iconiques et linguistiques de l'image.

Si l'anthropologie et l'interculturel introduisent certes une manifeste visée référentielle dans l'image, les approches intégrées dans cet axe ne se limitent bien évidemment pas à la dimension représentative de l'objet iconique. La considération de ces notions permettra alors de mieux s'interroger sur les déterminations (historiques, sociales, ethniques, idéologiques, symboliques…) qui englobent et influencent notre rapport à l'image. Abordée dans une telle perspective critique ouverte et inclusive, l'image se dévoilera tant par le prisme de son pouvoir représentationnel, que par sa puissance de créer de l'émotion, de l'imagination, du savoir.

Responsable : Dr Markus Arnold (chercheur et enseignant)
(markus.arnold@esareunion.com)

++ présentation plus détaillée de l'axe (à télécharger) ++

 

Facebook