Europe Ministère de la Culture et de la Communication Région Réunion Le Port Consiel général de La Réunion

Ligne de recherche 2 : Ecosphère

Cette ligne ouvre un front sur la question de l'écologie, liée à celle de l'économie, et sur les sciences et les poétiques de la vie et de la survie. Puisque l'île est un fragment micro-cosmique du macrocosme, elle rend plus visible l'existence des limites de tout monde, de même qu'elle rend également manifeste la nécessité de placer le territoire insulaire au sein du réseau planétaire et de le voir parcouru de multitudes de flux matériels, informationnels et énergétiques. Dans cette sphère interconnectée, on peut penser d'autres économies des pratiques et/ou d'autres pratiques de l'économie.

La spécificité insulaire peut être le point de départ de recherches sur nombre de processus en cours dans nos sociétés contemporaines, les questions localisées s'élargissant ainsi au global. La révolution cybernétique, concomitante de la révolution écologique, a en effet montré que ce qui est important ne se situe pas dans les centres d'un système, mais dans l'interrelation de ces centres entre eux et avec l'ensemble des points du système (que ce système soit vivant ou d'origine socio-économique). Autant de pistes de recherches touchant autant à l'éthique qu'à l'esthétique en découlent, qui se répartissent en trois modules :

+ DataBase, qui étudie :

- les relations que l'individu et son groupe social entretiennent avec leur environnement et leur contexte ;
- les rapports qui sont mis en place entre énergie et économie ;
- les banques de données dans leurs rapports virtualité / actualité ;
- le politique qui pose entre autres le rapport entre l'espace institutionnel et l'espace commun ;


+ Oïkos, qui étudie :

- les relations écosystémiques entre les « jardins insulaires » et le « jardin planétaire » ;
- les possibilités de (sur)vie rêvées et expérimentées dans les robinsonnades ;
- l'utopie dans ses rapports à la dystopie et à l'hétérotopie ;


+ Buse, qui étudie :

- les pratiques et les pensées pirates et hacktivistes.


Ce ne sont pas des découpages dichotomiques qui sont proposés là, mais bien des mises en rapport, car ce qui intéresse c'est ce qui se trouve « entre », dans l'interstice non nommé et dans ce qui s'en dégage, non jamais tant pour ces mises en rapport mêmes que pour les nouvelles possibilités d'être et d'avoir que celles-ci peuvent recéler. Ecosphère ne s'adresse pas uniquement aux seuls spécialistes de l'art, mais se veut ouvert et poreux à toutes les expérimentations les plus pointues dans divers champs, domaines et pratiques.

Responsable : Yohann Quëland de Saint-Pern (plasticien, chercheur et enseignant)
 

Facebook