Europe Ministère de la Culture et de la Communication Région Réunion Le Port Consiel général de La Réunion
 
Recherches en Esthétique
Publication du vingtième numéro

Le C.E.R.E.A.P. (Centre d'Etudes et de Recherches en Esthétiques et Arts Plastiques) à la Martinique, nous informe de la parution du n°20 de la revue Recherches en Esthétique sous la direction de Dominique Berthet. Vous y trouverez, entre autres contributions concernant la création contemporaine en territoire insulaire et ses problématiques, deux articles faisant un focus sur des artistes réunionnais, dont certains enseignent à l'ESA Réunion :
- Situation de l'art à La Réunion. Le corps de l'île et la posture de l'artiste Stéphanie Hoareau, par Isabelle Poussier
- Quelle est cette île ? Espaces rêvés et « lieux communs » dans les pratiques plastiques à La Réunion, par Patricia de Bollivier qui propose un focus sur les démarches artistiques de Myriam Omar Awadi, Stéphane Gilles, Esther Hoareau, Jean-Claude Jolet, et Sasha Nine.

 


A propos de Dominique Berthet, du CEREAP et de la revue Recherche en Esthétique : http://berthetdominique.wix.com/site-du-cereap#!page2/cjg9

Téléchargez le bon de commande

L'édito et le sommaire du numéro :
A l'occasion de cet anniversaire, nous entamons un tour du monde de la création insulaire, certes non exhaustif – comment pourrait-il en être autrement ? –, qui nous transporte dans des lointains et des ailleurs. Si l'art de la Martinique et celui de la Guadeloupe, naturellement, sont évoqués, le sont aussi celui d'Haïti, de la République dominicaine et de Cuba, pour ce qui est de la Caraïbe, et au-delà, celui de La Réunion, de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française.
Ces différentes études de cas sont précédées de réflexions sur les notions d'îles et d'insularité. Au-delà des clichés et des fantasmes, l'île et ce qui s'y crée méritent en effet une attention particulière. Si l'île est parfois associée au paradis perdu, elle peut également être perçue comme inquiétante, hostile ou dangereuse. L'île inspire donc deux types de représentations antagonistes. Mais il s'agit généralement d'une perception extérieure. La relation à l'île donne lieu en effet à des approches différentes, selon que l'on est îlien ou continental ; ces espaces ne sont envisagés ni vécus de la même façon par un natif ou un étranger.
Qu'en est-il de la production artistique ? Une question se pose fréquemment : l'île favorise-t-elle la création ou est-elle au contraire un frein ? Est-elle un facteur dynamisant ou un handicap ? Stimule-t-elle ou frustre-t-elle ? Vivre et travailler sur une île, quand on est artiste, n'est pas sans conséquence. La présence de la mer et l'obligation de la franchir lorsque l'on veut présenter son travail à l'extérieur sont aussi des paramètres importants. Comment l'artiste surmonte-t-il cette situation ? De plus, l'insularité a-t-elle des répercussions sur la réalisation matérielle des œuvres ? Peut-on par ailleurs parler d'une spécificité des créations insulaires ? L'art réalisé dans ce contexte se caractérise-t-il par un certain nombre d'aspects spécifiques ? Est-il identifiable comme tel ? Enfin, quelle place le marché de l'art international accorde-t-il aux productions des artistes îliens ?
Toutes les îles n'ont pas la même histoire quant à leur peuplement. Les îles de la Caraïbe ou celles de Polynésie étaient habitées depuis des millénaires avant l'arrivée des Européens. D'autres, comme La Réunion ne l'étaient pas. Cela dit, l'île est souvent associée à une histoire coloniale. À la fois semblables et dissemblables, l'histoire des îles a donné naissance, en Caraïbe par exemple, à des peuples nouveaux, issus de l'esclavage et du métissage. Les œuvres portent d'ailleurs souvent la trace de cette histoire.
De plus, dans le contexte de mondialisation, qu'advient-il des cultures régionales ? Comment survivre dans un rapport de force évident : dominant / dominé ? Les langues et les cultures des îles témoignent d'une réelle vitalité et d'une volonté de s'affirmer, de défendre leur identité face à la tentative de globalisation qui ne cesse de s'étendre. La sauvegarde d'un patrimoine culturel, de traditions (danse, musique, artisanat, etc.) se manifeste comme une forme de résistance. Comment la création insulaire dans toute sa diversité réagit-elle face à cette mondialisation ? Quelles sont les aspirations des artistes îliens ? Sont-elles spécifiques et/ou rencontrent-elles celles des artistes continentaux ? Ce vingtième numéro tente d'apporter des éclairages sur un certain nombre de ces questions.
                                                                                                                                             Dominique Berthet

Au sommaire
Éditorial : Dominique BERTHET

I – ÎLE ET INSULARITÉ
Marc JIMENEZ, entretien avec Dominique BERTHET, L'art des îles ; Dominique CHATEAU, Le fantasme de l'île. Considérations proxémiques et idéologiques ; Gerry L'ÉTANG, entretien avec Dominique BERTHET, Insulaires et insularité ; Dominique BERTHET, L'île entre mythe et réalité ; Hélène SIRVEN, D'île en archipels, esthétiques insulaires ; Manuel NORVAT, Cheminements entre paysage et imaginaire insulaire ; Samia KASSAB-CHARFI, Des imaginaires de l'île aux poétiques créoles ; José MOURE, Retour sur l'île de L'avventura. Paysage insulaire et modernité

II – CRÉATIONS EN CARAÏBE
Martinique : Olivia BERTHON, L'installation dans les Antilles françaises ; Anne-Catherine BERRY, Le street art en Martinique. Gros plan sur le graffiti ; SENTIER, Pratiques pélagiques ; Laurent BERNAT, Ecrire pour le théâtre à la Martinique. Réflexions sur Rideau ! Guadeloupe : Scarlett JESUS, Français d'Outremer, Créoles, Antillais ou Caribéens… Quelle posture les artistes de Guadeloupe empruntent-ils ? ; Christian BRACY, Partir, revenir, détourner. Haïti : Carlo A. CELIUS, La nouvelle scène artistique d'Haïti ; Barbara PREZEAU STEPHENSON, Mutations et permanences dans l'art contemporain haïtien. République dominicaine : Myrna GUERRERO VILLALONA, L'actualité artistique en République dominicaine. Les options de survie et de visibilité. Cuba : Yolanda WOOD, Cuba sur mer : une insularité symbolique et un engagement environnemental ; Sophie RAVION D'INGIANNI, L'œuvre de l'artiste cubain Abel Barroso : ricochets géographiques, découpages et pouvoirs de la mer

III – D'UN OCÉAN À L'AUTRE
La Réunion : Patricia De BOLLIVIER, Quelle est cette île ? Espaces rêvés et « lieux communs » dans les pratiques plastiques à La Réunion ; Isabelle POUSSIER, Situation de l'art à la Réunion. Le corps de l'île et la posture de l'artiste Stéphanie Hoareau. La Nouvelle-Calédonie : Michèle-BAJ STROBEL, Voies du Pacifique : en un pays clivé ; Domitille TELLIER-BARBE, Deux Casse-têtes de Jean-Michel Boéné, un miroir des interrogations de la scène artistique calédonienne. Polynésie française : Mana NOWAK, Art autochtone et imaginaire occidental : une esthétique de la rupture en Polynésie française ; Jean ROCHARD, entretien avec Hélène SIRVEN, À Tahiti et en Polynésie, quel art contemporain ?

IV – PUBLICATIONS RECENTES
 
Caractéristiques du numéro : format 21 x 29,7 cm, 276 pages plus un cahier couleur de 8 p.

Portes Ouvertes 2015, le mercredi 18 février
ESA Réunion et ENSAM

Cette année, l'Ecole Supérieure d'Art de La Réunion et l'Ecole Nationale d'Architecture de Montpellier Antenne de La Réunion se sont unies pour ouvrir leurs portes, le 18 février 2015.

Les visiteurs ont été nombreux pour découvrir les écoles, les curcus et les métiers auxquels elles préparent...

 Ils ont retiré les dossiers d'inscription pour les sessions d'examens d'entrée dont la prochaine aura lieu dès le lundi 30 mars.

Durant cette après-midi Portes Ouvertes, les visiteurs ont pu assister à des conférences de présentation de l'école, des études et des débouchés et poser les questions à la directrice, aux chercheurs-enseignants et à l'équipe administrative.
Ils ont ensuite découvert l'exposition des travaux des étudiants et pu prendre connaissance du parcours d'anciens étudiants, actuellement brillamment insérés dans la vie professionnelle.
Et c'est au cours de visites guidées assurées par des étudiants enthousiastes que le public a pu découvrir les ateliers et assister aux cours.
Enfin, ont été proposés des performances d'étudiants, chants, animations vidéo et infographie, du speed painting, et un shooting photo.

 Le mercredi 18 février de 13h30 à 17h30
102 avenue du 20 décembre 1848
LE PORT

Le programme PO 2015 de l'ESAR et de l'ENSAM à télécharger


Facebook